La Nostalgie de Dieu au théâtre

Nostalgie de dieu_1

Hello les amis !

Oula, ça sent un peu la poussière par ici ! Presque 1 mois sans nouvel article, pfiouuu…
Comme d’habitude, ce n’est pas l’inspiration qui manque mais le temps et la motivation de se mettre derrière mon clavier ! Et puis je suis partie en vacances aussi… 100 % bouffe entre l’Auvergne et le Gers ! (les conséquences physiques sont un peu désastreuses mais ne parlons pas des choses qui fâchent, voulez-vous ?)

J’ai plein de choses à vous raconter mais comme j’ai peu de temps je vais commencer par un truc « rapide » à écrire. Hier j’ai eu la chance d’être invitée à voir la pièce « La Nostalgie de Dieu » à la Comédie Contrescarpe à Paris.

Il s’agit de l’adaptation des BD de Marc Dubuisson : La Nostalgie de Dieu et Le Complexe de Dieu (dont vous pouvez retrouver les planches sur le blog dédié), mise en scène par Laetitia Grimaldi.
Pingoo a bien essayé de me les faire lire il y a longtemps mais je n’ai pas trop accroché. En revanche, l’idée d’une adaptation en « live » me tentait beaucoup plus, surtout que le pitch de base est très sympa :

Un homme déprimé, après avoir perdu sa femme et son job, est au bord d’une falaise, prêt à se jeter dans le vide. Il lance un dernier appel à l’aide, lorsque soudain, Dieu lui répond.
Pas de bol, ce Dieu là ne correspond pas tout à fait à ce qu’il avait imaginé…

Et oui, car Dieu, bien loin d’être bienveillant et de correspondre à l’être empli d’amour que l’on s’en fait,  est surtout un mec ultra cynique qui n’en a rien à foutre de l’humanité !

A partir de là, un dialogue s’installe entre les 2 personnages avec l’homme qui pose plein de questions à Dieu et ce dernier qui lui sort des réponses toutes plus inattendues et hilarantes les unes que les autres !

Cependant, ce petit dialogue aura pour effet de chambouler un peu Dieu, qui, renvoyé à son image de personnage désabusé, aura besoin d’une petite séance chez le psy pour comprendre pourquoi il est comme ça. Il s’agit de la 2ème partie de la pièce (qui dure au total 1h10).

Et bien figurez-vous que j’ai bien fait de ne pas m’être arrêtée à mon expérience BD car j’ai beaucoup aimé la pièce ! J’ai vraiment ri et ai surtout beaucoup apprécié le jeu des acteurs, plus particulièrement celui de Dieu, incarné avec brio par Ivan Sellier.

Le rôle de l’homme qui veut sauter / du psy est quant à lui incarné par un jeune comédien, Anthony Legal (qui a d’ailleurs un blog !).

Leur duo fonctionne très bien et je ne peux que vous conseiller d’aller voir La Nostalgie de Dieu avant le 15 septembre à la Comédie Contrescarpe !
(du mercredi au samedi à 20h, 5 rue Blainville dans le 5ème)

Tags from the story

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *