Un prêt étudiant sans caution : enfin !

L’annonce de cette nouvelle m’a réjouie. Je ne suis plus concernée mais je l’ai été pendant plusieurs années et il y a même encore quelques mois. Voici une histoire que je m’en vais vous conter…

Après mon BTS que j’ai suivi en alternance, j’ai souhaité intégrer une école de commerce.
J’avais trouvé l’école de mes rêves : en région parisienne (un déménagement n’étant pas possible pour raisons financières), visée par l’Etat au niveau bac+5 et avec des spécialités qui me plaisaient.

Ma mère n’ayant pas les moyens de me payer mon école je suis donc allée à la banque demander un prêt. Malheureusement je me suis pris un mur : ma mère ne pouvait pas être caution car son taux d’endettement était trop élevé.

Il faut savoir que lorsque vous demandez un prêt étudiant, une caution est obligatoire et c’est mieux si ce sont vos parents. Afin de pouvoir se porter garant il faut que le taux d’endettement de cette personne ne dépasse pas 33 % du montant de ses revenus. Pour le déterminer le banquier calcule toutes les charges mensuelles de cette caution et y ajoute la mensualité de remboursement du prêt que cette caution serait amenée à payer si l’étudiant ne le pouvait pas.
Manque de bol donc, avec son smic tout juste et ses dettes, ma maman n’était pas éligible.

J’ai également tenté le coup avec mon père mais il était à 36 % donc pas éligible non plus…
Le banquier m’a avoué qu’il était possible de "forcer" le dossier avec un taux d’endettement supérieur mais il fallait que la caution possède des biens (un bien immobilier par exemple). Ce qui n’est pas le cas de mon père.

J’ai bien essayé de trouver des gens dans mon entourage pour se porter garant mais malheureusement, ceux qui auraient pu l’être ne le voulaient pas et ceux qui voulaient bien l’être ne le pouvaient pas…
Ma grand-mère aurait également bien voulu mais vu son âge il aurait fallu hypothéquer sa maison… nous nous sommes dit que ça ne valait peut-être pas la peine d’en arriver là non  plus…

J’ai finalement pensé à intégrer quand même cette école et travailler à côté pour la payer mais j’ai eu peur de péter les plombs car tout l’argent que j’aurais gagné serait passé dans l’école et que je n’aurais plus eu d’argent pour moi comme j’en avais l’habitude depuis plusieurs années (j’ai toujours fait des jobs étudiants puis j’ai enchaîné sur 2 ans d’alternance).

J’ai donc abandonné l’école de mes rêves pour intégrer une école nettement moins renommée mais qui proposait un programme en alternance.

Mais comme je suis du genre têtu comme fille, après mon école j’ai voulu faire une dernière année de spécialité dans une autre école. Formation qui comme vous vous en doutez était payante.

J’ai donc repris mon courage à 2 mains et je suis retournée à la banque en me disant que la somme que je demandais était nettement moins élevée que la dernière fois (il s’agissait d’emprunter 9000 € contre un peu plus de 20000 € la 1ère fois) et que peut-être ça pourrait passer.
Je précise que ma mère est fonctionnaire et que c’est une très bonne chose pour souscrire un prêt car les fonctionnaires ont la sécurité de l’emploi. Mais ce fut encore et toujours la même réponse : non ce n’est pas possible.
Le pire dans cette histoire c’est que les banques ne font que très rarement appel aux cautions !  La plupart du temps les remboursements des prêts étudiants se font sans la moindre encombre !

Par chance, ma formation pouvait se suivre en part time. C’est à dire que l’on travaille mais on est en séminaire 3 jours par mois. L’entreprise où je travaille depuis 2 ans en alternance a bien voulu m’engager en contrat de professionnalisation pour que je suive ma formation. Cela m’ennuyait un peu car la formation est étalée sur une plus longue période (septembre à novembre de l’année suivante) qu’en cursus classique (6 mois de formation et 6 mois de stage) mais je n’allais pas rechigner, encore une fois, l’alternance allait me sauver !

Finalement, j’ai décidé de quitter mon entreprise car j’ai eu la même proposition de contrat pour un poste qui m’intéresse beaucoup plus dans une entreprise différente et dans 15 jours je commencerais donc ma formation ! :)


Conclusion :

Aujourd’hui je ne regrette absolument pas le déroulement de ma scolarité. J’aurais réalisé toutes mes études en alternance (2 ans en contrat de qualification, 2 ans en tant que stagiaire en convention alternée et l’année qui vient en contrat de professionnalisation) et cela me fera 5 ans d’expérience professionnelle à la clé.

Je pense qu’il m’aura été beaucoup plus profitable d’intégrer le monde de l’entreprise pendant que je suivais mes études car cela m’a permis de me retrouver confrontée à la réalité de l’entreprise beaucoup plus tôt que lors d’un cursus classique. Je n’ai d’ailleurs rencontré aucune difficulté pour trouver mon entreprise après mes 2 années de BTS en alternance ni pour trouver ma nouvelle entreprise après mes 4 années d’alternance.
J’ai su trouver des solutions alternatives à ma non possibilité d’emprunter et finalement je me dis que je ne commencerai pas ma vie professionnelle avec un emprunt à rembourser pendant quelques années.

Néanmoins, je trouve désolant que sous prétexte d’un manque d’argent, l’accès aux grandes écoles privées soit refusé aux personnes venant de familles modestes comme moi.
Cette grande école de commerce je l’avais mérité, j’avais travaillé pour l’intégrer et j’ai d’ailleurs obtenu une très bonne moyenne au concours d’entrée…
Alors oui j’ai pu faire une autre école de commerce en alternance. Mais je ne me leurre pas, la qualité de certains cours (je dis bien certains car j’ai pu suivre des cours avec des profs de qualité tout de même dans ma petite école) et les opportunités ne sont pas les mêmes et je sais que sur une grille salariale mon école vaudra toujours moins qu’une école membre de la conférence des grandes écoles…
Heureusement qu’il me reste mon expérience professionnelle à valoriser…

Beaucoup de gens croient que souscrire un prêt étudiant est facile. Combien de fois me l’a t-on dit de la manière la plus désinvolte qu’il soit : "bah, t’as qu’à souscrire un prêt étudiant !". Mais malheureusement non, si l’on ne vient pas déjà d’un milieu un tout petit peu aisé ce n’est pas facile du tout.

Anecdote amusante : une personne de ma famille m’a même rétorqué lorsque je lui ai demandé si elle voulait bien être caution (vu ses moyens elle le pouvait parfaitement) que de toutes façons, les gens qui n’ont pas d’argent vont à la fac et ne cherchent pas à faire des écoles privées. En gros, je voyais beaucoup trop haut pour moi quoi…

Je suis peut-être utopiste mais je pense que suivre les études de son choix ne devrait pas être une question de moyens…
C’est pourquoi je suis ravie de ce projet de loi et j’espère qu’il permettra à de nombreuses personnes de suivre la scolarité de leur choix, chose qui n’aura pas été complètement possible pour moi.
Apparemment les banques continueront de choisir les étudiants qu’elle veulent financer et une majoration des taux est à prévoir mais je me dis que c’est un premier pas vers l’ouverture des écoles privées aux personnes pour qui elles étaient fermées jusqu’à présent…

11 Comments

  • Elle est bien, ton histoire.

    Moi, j’ai arrêté les études tôt, pas à cause de l’argent, mais un peu quand même.

    Mon prêt étudiant avait été accepté par la banque, mais il ne me suffirait pas à payer l’école+vie quotidienne.

    Alors les parents devaient continuer à me soutenir financièrement. Et quand les parents sont divorcés et fâchés, dès qu’un frais supplémentaire tombe, c’est à ton père/ta mère de payer.

    je finissais par pleurer de rage contre ces conflits stupides, et puis on m’a proposé un CDI, alors j’ai accepté et fièrement annoncé à mes parents que je n’avais plus besoin de leur argent.

    J’ai rendu le prêt, et me suis assumée toute seule, à 19 ans.

    Aujourd’hui, j’ai 2 ans d’expérience pro, et c’est bien. Mais si on avait pu me preter plus d’argent, j’aurais sûrement continué les études.

    Ou pas.

    C’est la grande question.

    Bravo pour ton article.

    Et désolée pour le roman

  • Et du côté des bourses, ça ne devait pas non plus être possible car toi et ta famille gagnait suffisamment, je me trompe ?

    De mon côté, j’ai eu énormément de chance d’avoir des parents ayant eu la possibilité et la volonté de me payer mes études, mais quand j’y repense, j’aurai préféré faire une école en alternance, ça aurait été beaucoup plus profitable pour trouver un emploi à la sortie… !

    Mais l’essentiel pour toi est que tu sois lancée dans la vie pro et que, comme tu dis, tu n’as pas d’emprunt à rembourser !

  • « Les gens qui n’ont pas d’argent vont à la fac et ne cherchent pas à faire des écoles privées »
    Ca ca me met hors de moi!

    Surtout que c’est un peu trop la réalité et le comble c’est qu’à la sortie certaines boites pratiques la fameuse grille de salaire qui offre un salaire beaucoup plus bas aux étudiants sortis des université.

    En gros, si tu nais riche, tu le resteras
    Par contre pour s’en sortir sans argent faut se battre!

  • Quand je pense que mon prêt étudiant e coute près de 2000 euros à la banque et que j’ai du travailler un an en tant que salarié pour pouvoir avoir le droit d’avoir ce prêt!!! je l’ai demandé 3 ans trop tôt mais bon c’est pas grave je me réjouis pour les jeunes qui vont pouvoir l’avoir!!! Moi j’ai mon master et j’en suis bien content.

  • Personnellement j’ai arrêté mes études à Bac+2 parce que je me sentais un fardeau pour mes parents mais j’aurai voulu continuer… J’ai cru que j’arriverai à évoluer en entreprise mais on s’en sort toujours mieux avec BAC+5 qu’avec bac+2 …

  • >marionfizz : je te comprends totalement…
    Il ne faut surtout rien regretter, tu t’en es très bien sortie ! Tu n’as pas fait de longues études mais tu as une expérience pro et ça c’est top. Et puis tu as encore toute la vie devant toi pour si tu le souhaites faire des formations qui te permettront de prendre du galon !

    >JS : oula non, j’ai toujours été boursière !! Mais en l’occurrence la bourse n’aurait pas suffit quand même !
    Pour l’alternance, il serait temps que les universités et les écoles comprennent que c’est le meilleur moyen d’être préparé au monde du travail! Heureusement, les choses bougent petit à petit et les cursus en alternance se multiplient peu à peu…

    >Kriss : c’est ça, c’est un cercle vicieux !

    >Madinlove : tu as eu raison de te battre pour avoir ce que tu voulais :)

    >MissBrownie : sauf exceptions, il est vrai que généralement on évolue plus vite avec un bac +5…
    Après tu as aussi la possibilité d’utiliser ton droit à la formation pour obtenir des diplômes en plus ou encore de valider tes acquis d’expérience après plusieurs années… ceci pour obtenir une évolution de poste (et de salaire!) éventuellement…

    >Princessevarda : l’annonce a fait grand bruit en effet mais reste à voir la suite des événements !

    >Touwity : oh ben non il ne faut pas ! :D
    Le tout c’est de bien se renseigner sur toutes les différentes possibilités qui s’offrent à nous. Pour ma part j’ai mis longtemps à trouver ma voie car je n’étais pas bien informée mais une fois qu’on connaît tous les tenants et les aboutissants il ne reste plus qu’à se donner les moyens d’y arriver ! Et si ce n’est pas par un chemin, ce sera par un autre ! :)

  • Ouais mais si on le rembourse à la sortie des études, 1) il faut un salaire 2) il faut se loger 3) il faut manger…admettons que le marché du travail soit bouché et qu’on se retrouve au smic…admettons …

    Est-ce que cela ne risque pas d’en foutre plus d’un dans la merde? :)

    Le prêt étudiant, je dis oui, mais pas sans être sûr d’avoir un travail à la sortie !

  • demande d’aideBonjour
    Moi je suis en Afrique et j’ai plus de tuteur je cherche un finacement pour payer mes études je suis pret a signer des documents qu’il faudra je suis vraiment mal en ce moment je souhaite repartir en fac.Je n’ai plus de tuteurs mais si on me donne juste 700 euros rembourssable cela pourra changer ma vie merci de me repondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *