The Company Men : un film touchant

Souvenez-vous, il y a 6 mois, je me rendais à Deauville pour rencontrer Chace Crawford.

Si ce fut un événement plus que marquant dans ma journée, ce ne fut pas le seul.

En effet, la raison pour laquelle nous l’avions retrouvé à Deauville était car nous étions en plein festival du film américain de Deauville.

Nous étions invités par Gaumont et, à ce titre, nous avions également été invités à visionner un film Gaumont dans le cadre du festival : The Company Men

Je ne vous en avais pas parlé à l’époque car il était bien trop tôt et que vous auriez tout oublié d’ici sa sortie ^^
Il est enfin sorti au cinéma ce mercredi 30 mars alors voici mon avis.

Et bien écoutez, je ne savais absolument pas de quoi parlait ce film avant de le voir. Si on m’avait vaguement dit les mots « crise américaine », subprimes, Ben Affleck.

Un film sur les conséquences de la crise américaine c’est assez original me suis-je dit. Mais encore plus lorsque l’histoire concerne un top executive dans une grosse entreprise qui se fait virer du jour au lendemain. (en gros ça ne fait pas forcément rêver comme pitch de départ)

Pas facile de s’apitoyer sur le sort d’un mec pété de thunes, qui roule en porsche, va au golf et est propriétaire d’une grande maison.

Et pourtant, j’ai adoré l’angle sous lequel a été travaillé le film. Ben Affleck qui joue le rôle de ce cadre licencié n’est ni antipathique, ni larmoyant. Je l’ai trouvé très juste.

Au début il est ultra confiant, rien ne va changer dans sa vie. Évidemment, il a un super CV, il va vite retrouver un job aussi bien. Sauf que ça ne va pas s’avérer si facile et au fur et à mesure de l’histoire, il va passer par des moments pénibles et forcément va se remettre en question.

Autour de lui évolue un super casting :

– Tommy Lee Jones que j’ai trouvé génial dans le rôle du cadre dirigeant qui ne supporte pas de voir l’entreprise appliquer plans de licenciements sur plans de licenciements

– Kevin Costner qui joue le beau-père de Ben Affleck. Etonnant de le voir en maçon cinquantenaire (il a vieilli depuis Bodyguard ! :P)

– ainsi que Rosemarie DeWitt, qui joue la femme de Ben Affleck, que j’avais découverte dans Rachel se marie et que j’aime beaucoup, et Maria Bello qui est pas mal non plus dans son rôle de nana haut placée sans scrupules.

Ce film m’a vraiment touchée. J’ai aimé voir ces personnages se remettre en question. J’ai aimé les jeux d’acteurs. Moi qui ne suis pas fan de Ben Affleck en temps normal, j’ai trouvé que ce rôle lui allait très bien.

En sortant, j’étais un peu secouée, j’ai versé mes ptites larmes comme à chaque fois qu’un film me touche (qu’il soit gai ou triste).

Évidemment je ne saurais que vous le recommander. Je ne pense pas qu’il plaira à tout le monde, je ne pense pas que c’est le meilleur film de l’année mais c’est un film touchant sur un sujet d’actualité qui j’espère saura trouver son public…

PS : et puis sinon, petit coup de phare sur un autre film Gaumont qui va bientôt sortir à savoir Philibert, un film en collants du genre drôle avec Jérémie Rénier et Alexandre Astier.
Pour l’occasion un petit site rigolo grâce auquel vous pouvez envoyer un « messager » a été créé. C’est à dire qu’au lieu d’envoyer un email à quelqu’un, vous envoyez une vidéo du messager en collants qui se chargera de lire votre mail au destinataire ^^

Tags from the story
,

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *