La vie à Sydney VS la vie à Paris

sydney-opera

Depuis que j’ai déménagé à Sydney en Australie, j’expérimente chaque jour le mode de vie australien qui peut s’avérer assez différent du mode de vie européen sur certains points. Je consigne mes observations dans un fichier pour m’en souvenir car avec le temps, ces choses qui m’étonnaient au début, me paraissent de plus en plus familières.
Je vous en livre aujourd’hui quelques unes en vrac sans que cette liste soit exhaustive évidemment. Attention toutefois, même si j’ai voyagé dans quasiment toute l’Australie, ce sont surtout des choses que j’ai remarquées en vivant à Sydney (dans l’état du New South Wales, NSW pour faire court). Elles peuvent être différentes dans d’autres états.
Les photos illustrant cet article n’ont pas toujours un rapport avec le sujet abordé mais ce sont quelques clichés de mon quotidien à Sydney :)

sydney-opera
L’opéra au coucher du soleil.

Le bus :

  • Il faut faire la queue pour monter dans le bus.

Alors oui, dit comme ça, on se dit que c’est plutôt normal. Mais les Australiens font vraiment une jolie file bien organisée et ne s’agglutinent pas devant les portes comme tout bon parisien qui se respecte. Sauf que Sydney est une grande ville, avec beaucoup de gens dedans, donc les queues (surtout aux heures de pointes) sont rarement petites et elles se retrouvent parfois à faire des épingles tellement il y a de gens. Mais tout ceci se passe de manière très civilisée et surtout on hésitera pas à vous dire gentiment d’aller faire la queue si jamais vous essayez de passer devant tout le monde. Et comme tout le monde fait la queue et que les gens qui resquillent sont plutôt rares, cela ne pose aucun problème d’aller se mettre au bout et d’attendre sagement son tour. Les bases de la civilité quoi. Ca fait plaisir de voir que c’est un système qui fonctionne quelque part !

  • Même remplis, les bus ne sont jamais blindés.

Ici on ne s’entasse pas comme des boeufs. On avance au fond de manière toujours très civilisée, tout en gardant suffisamment de distance avec ses voisins et le chauffeur dit aux gens d’arrêter de monter quand il estime que le bus est plein (et évidemment on l’écoute).
Ce qui est absolument génial en tant que passager car finie la pression d’être collés les uns aux autres comme à Paris. Mais c’est moins génial quand vous êtes la personne qui se fait refouler sur le pas de la porte alors que vous le savez, vous, qu’au moins encore 30 personnes pourraient monter dans ce bus !!! :D
Mais même quand ça m’arrive, j’avoue préférer largement ce système et ne pas me sentir oppressée que l’inverse.

  • Les bus conduisent comme des tarés.

Les bus ont vraiment une conduite hyper brusque ici. Ils conduisent vite et par à-coups et il n’est pas rare qu’il pilent et que les gens tombent on se cognent en se rattrapant…
Et du coup quand vous êtes un simple piéton sur le trottoir il n’est pas rare de se faire raser de près par un bus qui conduit vite et beaucoup trop près du trottoir ! Je me demande s’il y a souvent des accidents…

sydney-harbour-bridge
Le Harbour bridge au coucher du soleil.

Les horaires :

  • On dîne tôt.

Les horaires de travail « classiques » sont 8h30 – 17h30. Du coup, on se lève très tôt parce qu’on va faire du sport avant le travail ou parce qu’on a des enfants à gérer ou tout simplement parce qu’on travaille loin. Se lever à 5h30 n’est pas du tout étrange ici. De mon expérience de travail il y a d’ailleurs beaucoup de gens qui arrivent même à 8h (ou avant) et partent vers 16h30/17h.
Du coup, on dîne tôt. Si vous êtes une famille, vous allez dîner vers 18h. Si ce n’est pas le cas, 19h est l’horaire classique. Vous pouvez tenter de vous donner rdv au resto à 20h30 mais souvent les cuisines ferment à 21h !!! Je ne vous raconte pas l’adaptation qu’il m’a fallu au début. Et puis après on prend le rythme puisque de toutes façons on doit se lever super tôt le lendemain donc on se couche tôt donc… vous avez compris. Du coup une soirée au resto (en semaine) se termine généralement vers 21h ^^
Alors évidemment il y a quelques restos où on peut quand même se pointer à 21h mais ce n’est clairement pas la norme. Après il y a toujours l’option pub où on sert généralement à manger plus tard.

  • Les bars ferment tôt.

Alors c’est typiquement un point qui ne concerne que Sydney (voire tout le NSW, je ne suis pas sûre) et plus précisément les quartiers assez centraux où on fait la fête (pas les banlieues). Il y a une règle appelée le « lockout » qui consiste à obliger la plupart des bars et clubs à ne plus laisser les gens entrer après 1h30 et leur interdit de servir de l’alcool après 3h.
C’ets une mesure hautement désapprouvée par les habitants car elle tue la vie de la ville la nuit. Cette mesure a été mise en place en 2014 pour éviter que les gens en état d’ébriété se battent en sortant de soirée car c’était apparemment très courant. Sauf qu’il y a 2 conséquences : les gens sortent beaucoup moins et préfèrent faire la fête chez eux, ou alors ils boivent avant de sortir histoire d’arriver déjà bien éméchés pour faire la fête rapidement avant le lockout (d’autant plus que les gens aiment bien faire plusieurs bars en une soirée donc il faut se dépêcher avant 1h30). Du coup les bars ont vu leur chiffre d’affaires baisser drastiquement et beaucoup ont fermé faisant petit à petit de Sydney une ville fantôme la nuit.
Mais il y a une autre polémique derrière ce lockout : ces lois favorisent le tout nouveau casino « The Star » qui lui n’a pas obligation de suivre les même règles. Il reste ouvert toute la nuit et peut servir de l’alcool. Les gens disent que le 1er ministre du NSW est corrompu par le propriétaire du casino et limite que ces lois ont été mises en place pour favoriser le nouveau casino.
Bref, maintenant les gens disent que l’endroit pour faire la fête est Melbourne car ces lois ne s’appliquent pas. Il y a d’ailleurs un gros mouvement de contestation appelé « Keep Sydney Open ». Dane Laboyrie, un musicien australien en a fait une chanson :

https://youtu.be/xeybfOISYug

Les restaurants :

  • On mange vite et on débarrasse vite.

C’est là que j’ai vraiment pris conscience de notre rapport aux repas en tant que Français. Nous quand on va au resto, on y reste une bonne partie de la soirée, on parle pendant des heures devant des assiettes vides, on profite.
Ici on va au restaurant pour manger, on ne s’éternise pas. Enfin… vous pouvez vous éterniser, on ne vous mettra pas dehors, même si vous ne consommez que de l’eau (gratuite) une fois votre repas fini (et ça c’est agréable).
Mais le truc que je trouve hyper désagréable est qu’on vous débarrasse votre assiette ou votre verre à peine finis ! Pire même, parfois vous n’avez pas fini, il reste un petit morceau ou un fond dans votre verre, tant pis ! On vient vous les prendre ! Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû « protéger » mon assiette ou mon verre des serveurs zélés !
Du coup vous vous retrouvez rapidement devant une table vide et personnellement ça me fait me sentir un peu bête. Je me dis que vu que je n’ai plus rien en face de moi, il est temps de partir. Sauf que comme je vous le disais plus haut, on ne vous mettra pas dehors. Ca ne choquera personne que vous n’ayez rien devant vous. C’est juste une autre manière de faire…

  • On ne divise pas la note.

De nombreux lieux ne pratiquent pas ce qui s’appelle ici « split bills ». Ou alors s’ils le font ils mettent une limite, comme diviser la note seulement par 2 par exemple. Quand je pense à nos restos français où l’on fait parfois 10 paiements par carte pour une seule table, c’est vraiment perturbant…
Du coup on se retrouve souvent à payer une note plus élevée que ce que l’on doit et on se rembourse les uns les autres ensuite. On prend l’habitude soit d’avoir du cash (pour se rembourser rapidement), soit de se faire des virements. Ce qui est d’ailleurs un tchouille plus simple qu’en France car les RIB sont composés de moins de chiffres que les nôtres.

shakshuka-sydney
Une délicieuse shakshuka dans un café en bas de chez moi.
  • Le service à table.

Beaucoup de lieux ne pratiquent pas ce que l’on appelle le « table service ». Il faut aller commander à la caisse et repartir avec son numéro que l’on mettra sur la table à laquelle on s’est installé. Ensuite les serveurs scruteront toute la salle pour trouver le numéro auquel appartient la commande. Dans les cafés ou restaurants assez grands je trouve cela un peu ridicule car les serveurs perdent du temps à chercher le numéro… alors que s’ils avaient un rang attribué avec un nombre de tables limité à servir (comme en France), ce serait à mon sens plus logique. Mais je suis peut-être un peu chauvine sur ce coup ^^

  • Il y a de l’eau partout.

Dès que vous vous installez à une table quelque part on vous apporte une carafe d’eau (et on vous sert vos verres) s’il y a du service à table. Sinon, dans les lieux où il faut aller commander au comptoir il y a toujours un endroit quelque part avec des carafes d’eau remplies et des verres à côté. Il suffit de se servir.
Je trouve cela très appréciable. Mais ce qui le plus étonnée, c’est la présence d’eau en libre service dans les bars !!! S’il n’y a pas de carafe, il y a une grosse bonbonne et vous pouvez venir vous servir autant de fois que vous le voulez.
Limite vous pourriez ne boire que de l’eau toute la soirée, personne ne vous dirait rien !! D’ailleurs, comme je le disais plus haut, que vous soyez 2 ou plus, si certains ne consomment pas à la table où vous êtes on ne vous prendra pas la tête comme cela peut arriver en France. Tout le monde est COOL :)

lamington-flour-stone-sydney
Le Lamington, spécialité australienne : sponge cake recouvert de chocolat et de noix de coco.

Le paiement : 

  • Le paiement sans contact est la forme de paiement la plus généralisée.

J’étais ravie quand le paiement sans contact est arrivé en France l’année dernière sauf que c’est encore très limité sur le montant des transactions et sur l’équipement des commerces.
Ici c’est la norme !!! Quasiment tout le monde paie en sans contact avec sa carte bancaire. Il n’y a pas d’obligation, on vous demande toujours avant : « PayPass OK? » mais c’est juste tellement plus pratique !! Vous pouvez payer jusqu’à $100 sans code. Au delà cela fonctionnera toujours mais vous devrez rentrer le code de votre carte.
Ici on paie en un éclair, et J’ADORE CA ! :)

  • On vous demande si vous voulez votre reçu de carte bancaire.

En France, on vous donne votre reçu de carte bancaire quoiqu’il arrive. Personnellement ils ne me servent à rien, je les jette.
Ici ils ont compris et vous demandent à chaque fois « Do you want your receipt? », ce à quoi la plupart des gens, moi la première, répondent « Non merci » ! Finis les reçus de carte bancaire qui s’accumulent dans le portefeuille !
D’ailleurs, je ne sais pas si c’est une spécificité de ma banque australienne ou si c’est comme ça partout mais les transactions s’affichent instantanément sur mon relevé de compte en ligne, pas besoin d’attendre 2 jours comme en France.

  • On peut faire plusieurs paiements séparés aux caisses en libre-service dans les supermarchés.

Je ne sais pas encore si c’est une spécialité de Woolworths (une des plus grandes enseignes de grande distribution ici), mais on peut faire les courses à plusieurs et payer en plusieurs fois directement depuis la caisse libre-service. On s’en sert souvent avec mes collègues le midi, c’est super pratique ! D’ailleurs on peut aussi retirer de l’argent depuis ces mêmes caisses libre-service, c’est fou !

sydney-harbour-bridge-opera
Le Harbour Bridge et l’opéra de Sydney.

Les salles de bain : 

  • Il n’y a pas de mitigeur.

Bon je suis un peu de mauvaise fois sur ce coup là.
Evidemment que les Australiens connaissent les mitigeurs mais dans les vieux appartements (comme c’est le cas du mien) il n’y en a pas. J’ai 2 robinets et je passe donc 1000 ans à ajuster l’eau chaude et l’eau froide pour avoir la bonne température…

  • Il n’y a pas de pommeau de douche.

Ici encore, c’est plutôt l’apanage des vieux appartements mais c’est tout de même très courant. Il y a juste une douchette accrochée au mur. Ce qui est pénible en ce qui me concerne pour rincer mes cheveux.
Par ailleurs, j’ai la chance d’avoir une douche et une baignoire dans ma salle de bain mais dans la baignoire il n’y pas de pommeau de douche non plus. Il y a deux robinets pour l’eau chaude et l’eau froide et c’est tout. Comment est-on censé se rincer ? Je ne sais pas ! :D

IMG_5705

Le shopping

  • Il y a beaucoup moins de choix pour les produits de la vie courante.

Avant d’arriver ici je n’étais pas consciente de la chance que nous avions en Europe d’avoir autant de choix dans les magasins. Maintenant que je suis ici je me dis que l’on a trop de choix en Europe mais pas assez en Australie !
Je m’explique : en France, pour un même produit, nous avons beaucoup, beaucoup de références disponibles. Il n’y a qu’à voir les rayons cosmétiques ou produits ménagers. Ici je trouve que j’ai bien trop vite fait le tour des options possibles. C’est le cas pour les gels douche, les mouchoirs, les biscuits, le démaquillant biphasé pour les yeux (je viens récemment d’en trouver un de chez Nivea mais sinon ce n’est clairement pas la norme), les sacs poubelles, les produits vaisselle… (je pourrais continuer la liste pendant des heures).

D’ailleurs les sacs poubelles parlons-en (je raconte cette anecdote à tous les Français que je croise ^^). J’ai acheté une poubelle haute pour ma cuisine. En France il y a des sacs poubelles spécifiques pour poubelle haute avec une forme allongée et avec un élastique en haut pour que le sac tienne bien. Et bien ici impossible d’en trouver. J’ai fait plusieurs supermarchés et rien. Il n’y a que 2 marques de sacs et ils ont tous la même forme. Ca me rend dingue. (la seule alternative que j’ai trouvée sont les sacs de la marque Brabantia à acheter en magasins spécialisés et qui coûtent un tantinet cher).

Les mouchoirs c’est l’autre truc qui me rend folle. En France j’achetais des mouchoirs au format « pocket » en paquets de 24 paquets. Ici je ne trouve que des mouchoirs allongés en paquets de 6. Il n’y a que 2 marques, Kleenex et Sorbent, et seulement 4 références disponibles. Dans le fond oui on s’en fout c’est pas grave mais ce sont des petits plaisirs / conforts que je n’ai plus ici.

  • Amazon ne vend que des livres ici…

Le drame ultime. Moi qui étais cliente Premium d’Amazon en France, fini de tout acheter sur le site ! Ici Amazon ne vend que des livres… bienvenue au 20ème siècle ! Il y a toujours l’option de commander sur Amazon UK ou US pour se faire livrer ici mais c’est quand même pas pareil. Alors je commande quand même de temps en temps des trucs que je me fais livrer chez ma mère qui me les envoie ensuite dans un colis…

Bon je vais m’arrêter là sur le shopping car je pourrais faire un article dédié sur ce sujet tellement il est vaste ! Peut-être une prochaine fois :)

mouchoirs-australie

Les trucs à l’envers

  • Les serrures.

Héritage anglais, la plupart des serrures sont montées à l’envers. C’est à dire que vous devez tourner la clé ou le loquet vers la gauche pour ouvrir. Et l’inverse pour fermer. C’est très perturbant au début (et pour être honnête même après 9 mois ici je fais encore régulièrement l’erreur de tourner dans le mauvais sens).

  • Les déplacements.

Autre héritage anglais : ici on roule à gauche.
Mais du coup on marche aussi à gauche. Et on s’arrête dans les escalators à gauche. Bref, il m’a fallu quelques petites adaptations avant d’arrêter de manquer rentrer dans les gens ou de les gêner dans les escalators :D

sydney-hyde-park
Hyde Park, en plein coeur du centre-ville de Sydney.

Les gens

  • Les gens sont bienveillants.

En tant que parisienne, j’ai toujours été habituée à une forme d’agressivité ambiante. Ici c’est tout l’inverse. Les gens sont gentils, polis, souriants… Les serveurs dans les cafés et restaurants sont le meilleur exemple (et pourtant ils n’ont pas le système de pourboire en plus comme aux US, c’est exactement pareil qu’en France). On vous demande comment ça va partout où vous allez. Il n’est pas rare d’engager la conversation avec les gens dans le bus, dans les bars, les cafés… C’est vraiment déroutant au debut.

Et puis finalement c’est tellement agréable qu’on se prend au jeu, on laisse tomber son masque de parisien énervé et on devient candide comme tous ces gens. C’est tellement reposant de ne pas être sur ses gardes tout le temps, de ne pas chercher de double sens à de simples signes de gentillesse. Les gens sont détendus et ça fait du bien :)

Au travail c’est pareil. On valorise vraiment les gens, on les remercie, on les félicite. Le bonheur !

  • Le vol.

Les vols existent en Australie comme ailleurs mais c’est beaucoup moins courant qu’en Europe.
Ici vous pouvez être dans un bar et laisser votre sac à main dans un coin toute la soirée, personne ne viendra vous le voler. Idem pour votre téléphone ou votre portefeuille. Vous pouvez les laisser sur la table et personne ne vous les prendra. Au contraire d’ailleurs, j’ai entendu de nombreuses histoires de gens qui vous courent après car vous les avez oubliés !!!
C’est vraiment un côté super agréable de l’Australie qui contribue à cette ambiance détendue, « No worries mate », si emblématique de l’Australie. C’est un vrai plaisir de pouvoir garder son sac à dos sur son dos sans avoir à se soucier de si quelqu’un va vous voler quelque chose dans la poche avant.
Malgré plus de 9 mois ici j’ai tout de même toujours mes réflexes français (enfin surtout parisiens je crois) qui se manifestent au début. Puis je me souviens que je suis en Australie et je me détends (mais pas à 100% non plus, les habitudes ont la peau dure ^^).

Signe de détente : je suis récemment allée à l’opéra avec une amie. On s’est installées à nos places situées tout en haut et puis on a voulu aller voir la salle d’en bas. On a laissé nos manteaux et nos sacs sur nos sièges !!! Je l’ai fait avec une petite appréhension (réflexe…) mais je l’ai quand même fait ! Et évidemment rien n’avait bougé en notre absence… (mais j’avais quand même l’oeil sur mon sac d’en bas).
Autre exemple : je suis allée voir un film en plein air et il y avait des gradins temporaires. A l’entrée on nous a donné une étiquette avec notre nom à coller sur le siège de notre choix pour le réserver. Nous l’avons fait et sommes partis manger avant le film et quand nous sommes revenus nos places nous attendaient ! C’est normal mais en France ce n’est pas une étiquette avec notre nom qui nous aurait empêché de nous faire piquer nos places !!!

cinema-plein-air-sydney
Cinéma en plein air en face de l’opéra.

Les feux tricolores :

  • On attend vraiment que le bonhomme soit vert.

Je crois que j’en avais déjà parlé dans un de mes anciens billets sur l’Australie. Ici en tant que piéton on attend vraiment que le petit bonhomme passe au vert avant de traverser. Vous pouvez même avoir une amende si un policier vous choppe en train de traverser alors que le bonhomme est rouge !
Dans les faits c’est respecté par 98% des gens mais il y a quand même parfois des rebelles.
Et puis il y a ce bruit qui vous indique que vous pouvez traverser… cela devient un réflexe de Pavlov, vous entendez le « Piou! » et hop vous avancez limite aveuglément…

  • On traverse vite !

Les feux pour les piétons sont incroyablement rapides ! Dès que vous entendez le bruit, il faut vous dépêcher de traverser car un décompte sonore se met en place (« tac, tac, tac, tac… ») et le bonhomme devient rouge clignotant vous indiquant que bientôt il sera rouge fixe et qu’il ne sera plus possible de traverser. Mais le truc dingue c’est qu’il devient rouge clignotant après seulement 2 ou 3 secondes soit à peine à la moitié de votre traversée ! Je trouve ça un tantinet stressant… et surtout je me demande toujours comment font les personnes âgées qui mettent un peu plus longtemps à traverser ? (bon mais je vous rassure, je n’ai encore vu personne se faire écraser ^^)

sydney-palmiers

Les oiseaux et autres animaux originaux :

  • Les loriquets et les cacatoès viennent vous voir sur votre balcon.

Il y a bien quelques pigeons tels qu’on les connaît mais ici les oiseaux courants sont plus souvent des loriquets et des cacatoès ! Ils sont très curieux (ou gourmands) et il n’est pas rare de les trouver sur votre balcon ou aux terrasses des cafés ^^

  • Certains oiseaux ont un cri très… original !

Ici le corbeau fait un bruit de chat énervé, vraiment pas agréable à entendre. Et le cri du kookaburra (à gauche ci-dessous) ressemble à celui d’un singe ! (à écouter ici)
Il n’est pas rare de les entendre au lever du jour ou à la tombée de la nuit. Quand je les entends je réalise à quel point je suis loin de la France… ^^

  • Il y a des ibis et des bush turkeys dans les parcs.

Il est très courant de voir des ibis dans les parcs qui sont à la recherche des miettes de votre sandwich. C’est assez gros et franchement pas très beau comme oiseau. On croise aussi très régulièrement des bush turkeys, plutôt dans des zones plus calmes comme les forêts ou zones arborées.

  • Mais aussi d’autres animaux plus « rigolos » ^^

Des araignées. Evidemment, vous le savez, l’Australie abrite un sacré paquet d’araignées de la plus inoffensive à la plus mortelle. Ci-dessous est celle que l’on croise le plus fréquemment dans les buissons et les arbres. Sinon on croise aussi parfois des possums dans les parcs.

  • Les Australiens sont fous de chiens

Ca n’est pas un animal très original mais les Australiens sont complètement dingues des chiens. D’ailleurs ce ne sont pas des chiens mais des « puppies » (chiots) parce qu’ils sont trop mignons (qu’ils soient tout petits ou très grands). Le chien c’est d’ailleurs une arme de séduction massive pour les célibataires ^^

Mais le truc cool contrairement à Paris c’est que vous ne risquez pas de marcher dans une crotte de chien ! Honnêtement je ne crois pas en avoir vu une seule depuis que je suis là !

Voilà pour mes principales observations ! J’en ai encore d’autres en tête mais la liste serait bien trop longue ! En tous cas malgré ou grâce à toutes ces différences, la vie est belle à Sydney ! :)

sydney-sunset-watsons-bay
Coucher de soleil depuis Watsons Bay.
Tags from the story

19 Comments

  • super article, et tres intéressant. J’aime bien tes remarques. Bon, à partir de maintenant, je vais doublement savourer mes paquets de mouchoirs alors ^^ Merci pour ce partage !

  • Je crois que le système de feu vert / rouge piéton est le même qu’au Japon, ça m’avait beaucoup stressée aussi (surtout que les avenues sont ultra larges et qu’il faut beaucoup de temps pour traverser !). C’est vraiment sympa de lire ton petit comparatif… et un peu déprimant pour nous autres parisiens, on se dit qu’on a vraiment des caractères de cochons ! Les gens qui font la queue pour monter dans les transports, j’en rêverais sur la ligne 13…. :)

  • Super ton article! C’est très intéressant d’avoir ton retour d’expérience. Et puis ça permet de savoir comment se comporter si l’on prévoit de voyager à Sidney.
    Tu disais que tu avais encore des exemples, je serais très intéressée par un second article du genre ^^

  • Bon en fait, je crois qu’il faudrait surtout écrire un article sur « les différences de la France » parce que je suis quasi capable d’écrire le même article pour le Canada, à quelques détails près. D’ailleurs tu me donnes envie de te faire comme une réponse sur mon blog, tellement j’ai reconnu ma vie ici en te lisant… A voir !

  • j’adore ce genre d’articles – et puis ca me donne (encore plus) envie de venir en Australie…. :)
    et c’est drôle, beaucoup de choses me rappellent l’Allemagne (où je vis depuis 15 ans maintenant): les horaires, les feux/passages piétons, la confiance mutuelle (bon pas partout hein, mais quand je suis arrivée ici, je n’avais jamais besoin d’attacher mon vélo par exemple)
    ca doit faire partie de la culture anglo-saxone/germanique :)

  • Très agréable lecture, j’adore découvrir comment vivent les gens dans les autres pays, les habitudes que nous avons, les habitudes de chez eux, c’est marrant pour les sacs poubelle ou les mouchoirs par exemple, et je rêve des queues pour le bus ou le métro….
    Un autre article avec plaisir :-) Merci !!!

  • Bonjour Clyne,
    J’ai decouvert vos articles en faisant des recherches sur la nutrition car j’avais devant moi, du fait de la saison ici, une quantité d’avocats à consommer, venant de la propriété familiale, et que j’avais des remords « lipidiques » bien que j’avais lu à p’usieurs reprises qu’ils n’étaient pas diaboliques en matière de maîtrise du poids.
    Je décide donc de tenter l’achat du livre que vous préconisez sur Amazon, quelle chance comme l’Australie, dans notre petit paradis, seuls certains bouquins sont expédiés sans être obligé de passer par des plates formes de reexpédition qui du coup rajoute des frais.
    Eh oui, je ne suis pas trop loin !!!! Nouvelle Calédonie, territoire encore bien français, dont le rythme de vie est très très similiare à ce que vous décrivez. L’Australie et la NZ sont les destinations de choix pour les calédoniens et des passages quasiment incontournables pour pouvoir rejoindre les autres pays que la France. Nous sommes sur le même fuseau horaire que Sydney, (avec un heure de plus en saison fraîche) c’est donc lever tôt, déjeuner sur le pouce pour ceux qui travaillebt en continu (7:30-16:00 ou 8:00-17:00) et diner tôt. idem pour les night club. Les fermetures les plus tardives pour les hypermarchés sont 20:00, beaucoup de commerces dans les zones industrielles, les quincailleries, les garages ect… ferment à 17:30-18:00. Les fins de semaines à partir du samedi midi c’est ville morte. Mais il y a tant et tant à faire, marche, découverte nature, place, sport. Il y a heureusement suffisamment d’options pour prendre soin de sa santé, de sa forme, de son moral sans frais.
    Merci pour ces partages, je me compte desormais parmi les abonnés de ta newsletter à partir d’aujourd’hui. Bon dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *