J’ai testé la Défense de rue

Il y a peu j’ai eu l’occasion de tester une méthode de self-défense, la Défense de rue, une discipline de l’Adac (Académie Des Arts de Combat). C’est une association qui a été créée en 1995 par Eric Quequet, ancien policier et compétiteur de sports de combats.

L’idée du stage n’était pas d’apprendre à se battre, loin de là, mais plutôt de savoir repérer les situations potentiellement dangereuses, d’apprendre à avoir la bonne attitude en cas d’agression et surtout à s’en sortir ! (plutôt en s’enfuyant qu’en combattant)

stage-defense-de-rue-adac_11

On nous a appris que tout démarre par l’attitude.
Quelqu’un qui a l’air vulnérable, apeuré, se fera forcément plus facilement agresser que quelqu’un qui dégage un air peu avenant ou fermé. C’est le concept de cible molle et cible dure. Il faut ensuite être vigilant à son environnement. Par exemple, pour ma part quand j’arrive sur le quai du métro je scanne toujours les gens autour de moi, plus ou moins proches, car je sais qu’un vol de téléphone ou de sac est très vite arrivé dans ces situations.
Notez que je ne sors pas mon téléphone dans les stations qui « craignent » potentiellement et surtout, je n’ai jamais mon téléphone à la main quand je rentre ou sors d’un métro car c’est le meilleur moment pour se le faire voler pendant que les portes se referment et se retrouver de l’autre côté sans rien…

Ensuite nous avons appris quelques réflexes de base en cas d’agression.
Tout d’abord, réellement montrer à la personne qu’on le repousse en le tenant à distance avec les bras devant soi et en lui disant « non ». Ça paraît basique mais c’est vrai que quand on se fait un peu emmerder, on a tendance à tracer notre route en se disant que le mec va finir par nous lâcher. Alors qu’en s’arrêtant, en le confrontant pour le repousser et en l’affichant bien devant les autres gens s’il y en a, il se sentira tout de suite un peu moins malin.

stage-defense-de-rue-adac_4

stage-defense-de-rue-adac_6

Ensuite, si on a pas réussi à éviter l’agression (au sens coups), il faut penser à protéger les  zones qui craignent le plus : le cou et le « triangle génital » (c’est beau hein ? :P).

stage-defense-de-rue-adac_3

stage-defense-de-rue-adac_5

stage-defense-de-rue-adac_8

Nous avons aussi appris à nous dégager en cas de prise au niveau du cou. Le réflexe de base est de tirer sur le bras qui enserre pour l’enlever alors qu’il « suffit » de partir en arrière pour s’enfuir !

stage-defense-de-rue-adac_1

stage-defense-de-rue-adac_10

Les principes à retenir : mieux vaut :

– Eviter que fuir
– Fuir que négocier
– Négocier que combattre
– Combattre que mourir

Eric nous expliquait que souvent les mecs qui font des sports de combat ne sont pas ceux qui se défendent le mieux en cas d’agression car ils y sont finalement mal préparés. En effet, dans ces sports il y a des règles qui sont respectées par les 2 adversaires. Or ce n’est pas du tout le cas dans un combat de rue et les réflexes bien rodés de ces personnes ne leur sont pas d’une grande utilité !

Nous avons terminé le stage avec un petit parcours où nous devions nous défendre au fur et à mesure contre 4 agresseurs : éviter les coups et mettre quelques coups de pied défensifs.

stage-defense-de-rue-adac_2

stage-defense-de-rue-adac_7

Nous en sommes ressortis avec quelques bleus mais c’était vraiment très instructif ! Bien sûr un stage n’est pas suffisant pour se sentir suffisamment prêt(e) mais c’était très utile pour comprendre les réflexes de base.

C’est pour cela que l’Adac dispense aussi des cours réguliers de Défense de rue en plus des stages (réguliers aussi) dans plusieurs villes de France. Ensuite, pour se challenger on peut passer au niveau de stage un peu au dessus, le CATS (Concept d’Adaptation Tactique en Situation) où vous vous retrouverez dans des situations réelles (scénarisées) et vous devrez vous en sortir.
Notez que l’Adac forme aussi les professionnels qui exercent un métier où ils peuvent se retrouver confrontés à la violence (genre les agents de sûreté dans le métro).

Enfin, l’association a également créé une discipline de self-défense spécialement adaptée aux femmes : l’Amazon Training. J’ai vu les résultats sur Olivia qui la pratique depuis plus d’un an maintenant et qui a réellement changé d’attitude, elle a beaucoup plus confiance en elle, c’est flagrant. Je vous invite à lire son bilan sur son blog.

amazon-training-adac

Et vous, vous avez déjà ressenti le besoin de prendre des cours de self-defense ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments

  • Répondre mars 7, 2014

    Prisc

    J’ai lu cette note ce matin qui donne aussi plusieurs conseils en cas d’agression : http://projetcrocodiles.tumblr.com/
    Je me suis déjà posée la question d’aller faire ce genre de cours, oui. Il y a quelques années, un copain militaire m’avait montré quelques gestes simples pour se défendre en cas d’agression (notamment le cas où l’agresseur te prend au cou : tu pivotes sur le côté, bras relevés en angle droit, et tu donnes un grand coup dans ses coudes).
    Après, moi j’ai trouvé une technique (jusque là plutôt efficace) quand je me fais emmerder (ou que je sens que le mec en face va me faire chier) : je sors un mouchoir et je me mouche très bruyamment. Ca peut paraitre bête, mais c’est tellement anti-glamour au possible que d’un seul coup le mec a plus du tout envie de chercher le rapprochement !

    • Répondre mars 18, 2014

      Zineo

      Le truc du mouchoir ça marche super bien :p.

  • Répondre mars 8, 2014

    didier

    Quelques chiffres sur les agressions envers les femmes sur le site http://www.gesivi.fr
    Les conseils du site plus haut: on recommande
    ADAC: formation de grande qualité

Leave a Reply