La nuit blanche chez Monop’

Lundi dernier j’ai été invitée en compagnie d’autres blogueurs par la marque Monop’, à déjeuner à la table d’hôte le Nomiya, située sur le toit du Palais de Tokyo.

3972191816_4c2c32ce13_b

Inspiré des bars japonais du même nom, le Nomiya, qui est un restaurant éphémère, propose une table de 12 personnes pour lesquelles le chef Gilles Stassart imagine un menu différent chaque jour.

3971422377_d0d69c2a7e_b

La déco blanche et minimaliste est jolie et apaisante et le cadre plutôt sympa, n’est-ce pas ?

Côté cuisine nous avons eut droit en entrée à un marbré de betteraves crues avec du foie gras et plein d’autres choses dedans (je n’ai pas tout retenu malheureusement) :

3972199604_c1f4e7e05d_b

En plat, le chef et son équipe nous ont concocté  des cailles dessossées farcies au foie gras et aux épinards avec des topinambours :

3971434885_9639688a69_b

Et en dessert nous avons dégusté un moelleux au chocolat avec une cigarette et une chantilly de badiane / artichaut :

DSC06705

Pour être tout à fait honnête avec vous, j’ai beaucoup apprécié l’expérience évidemment mais je n’ai pas non plus été transboulversifiée ni par le lieu ni par la cuisine.
Néanmoins, je pense qu’en pleine nuit la sensation de « perchoir » doit être plus palpable et l’expérience plus originale encore :)

Mais pourquoi donc Monop’ nous a invités dans ce lieu ?

Et bien car dans le cadre de la Nuit Blanche qui aura lieu ce soir le chef Gilles Stassart s’est donc associé à l’enseigne Monop’ pour proposer des « performances » qui seront exposées dans 4 Monop’ parisiens : Luxembourg, Sorbonne, Forum des Halles et Beaubourg.
Ces Monop’ sont situés dans 2 des 3 parcours de la Nuit Blanche : Coeur de Paris et Quartier Latin.

Plus précisément, Gilles Stassart a conçu « Les diététiques » un cycle de 4 performances confiées à des artistes contemporains.

Voici donc le programme :
(je vous copie /colle les descriptions du programme officiel, comme ça je ne raconte pas de bêtises)

Monop’ Luxembourg : Perception du son par François Martin et Nicolas Petit

Croustillement, crépitement, grésillement… le son est une partintrinsèque et indissociable de la préparation culinaire comme de sadégustation. Sur ce thème, les musiciens François Martin et NicolasPetit ont imaginé une performance sonore originale. Interprétée par desmusiciens percussionnistes, cette longue improvisation musicale seraalimentée par les divers produits présents dans les rayons : chips, gressins, emballages divers et par extension, tout objet permettant de créer un rythme.

Monop’ Sorbonne : Perception de l’image par Stephen Dean

Plutôt que de montrer l’aliment lui-même, l’artiste franco-américain a choisi d’en transcrire visuellement les effets, notamment l’énergie que celui-ci apporte au corps humain. Sur la vitrine du Monop’ transformée en écran, Stephen Dean restitue les  images produites par un système de captation vidéo thermique. Le dispositif technique mélange captations réalisées en temps  réel sur le site du Monop’ et des images réalisées au préalable en rapport avec l’acte alimentaire. Proche de l’univers pictural, le résultat permet à l’imaginaire de chacun de s’y engouffrer librement.

Monop’ Forum des Halles : Perception de l’objet par Gilles Stassart, Garance Stassart et les cuisiniers du Transversal

Des mannequins de présentation en train de faire leur shopping peuplent de leur présence fantômatique les rayons. Vêtues chacune de pied en cape exclusivement à partir de matières alimentaires, ces créations « vestialimentaire » attirent notre attention sur les textures des objets comestibles tout en valorisant le caractère intime de la pratique gourmande.

Voici un exemple de création que vous pourrez admirer. Il s’agit d’un tailleur en ravioles !!

IMG_0650


Monop’ Beaubourg : Perception du geste par Anne Deleporte et Thierry Garnier, cuisinier du Transversal

On a tendance à l’oublier mais la préparation culinaire résulte avant tout d’un geste, celui du «préparateur». Anne Deleporte,  plasticienne et Thierry Garnier, cuisinier du Transversal rendent hommage à cette impulsion originelle et présentent une chorégraphie formée d’une succession de gestes physiques présidant à la préparation de pâtisseries qui seront offertes à la dégustation des spectateurs.

Ça a l’air chouette, non ? Pour ma part j’aime beaucoup l’idée ! :)

Pour l’occasion, les Monop’ de Luxembourg et du Forum des Halles seront ouverts jusqu’à minuit et ceux de Sorbonne et de Beaubourg jusqu’à 3h du matin.

Bonne Nuit Blanche à tous ! :)

Merci à Kriss et à Annouchka pour les photos ;)

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *