Mary et Max : un film d’animation pas comme les autres

19157079_w434_h_q80Comme dab, plus le sujet me touche moins je vous en parle (si vous saviez le nombre de brouillons en stock, sur des sujets dont je meurs d’envie de poster des billets… bref). Et donc Mary et Max que j’ai eu la chance de voir en avant-première il y a 3 semaines maintenant en fait partie.

Si je m’étais juste arrêtée au fait qu’il s’agit d’un film d’animation en pâte à modeler (façon Wallace et Gromit ou encore Chicken Run), je ne serais jamais allée le voir car je n’aime pas ce type d’animation à la base.

Mais en regardant la bande-annonce, on se rend compte qu’il ne s’agit pas d’un film d’animation comme les autres.

Déjà au niveau des couleurs. Le monde de Max est gris et le monde de Mary est marron. Hormis les camaïeux de ces couleurs et du rouge, aucune autre couleur n’est présente dans le film.

13048001_0000099

14073001_0000004

Ensuite au niveau de l’histoire :

Mary est une petite fille solitaire de 8 ans qui habite en Australie et Max est un obèse de 44 ans qui vit à New York et qui est atteint du syndrôme d’Asperger (une forme d’autisme).

Par le fruit du hasard, ces deux là vont se mettre à s’écrire des lettres pendants une vingtaine d’années.

Je ne suis pas trop pour les bande-annonces mais en ce qui concerne ce film, je vous conseille vraiment de la regarder pour vous imprégner de l’ambiance si particulière et attachante du film qu’il est difficile de retranscrire en mots :

Pourquoi il FAUT aller le voir si ce n’est pas encore fait :

Tout d’abord parce que c’est un ovni.
Il y a peu de chances que vous ayez déjà vu un film comme celui-là tant au niveau de la réalisation que de l’ambiance ou de l’histoire.

Les couleurs, ou plutôt le peu de couleurs, ainsi que tous les petitsdétails en font même un film à revoir plusieurs fois pour capter toutesles subtilités. (par exemple à un moment il y a une scène dans un cimetière et le nom du réalisateur est écrit sur une des pierres tombales)

Ensuite pour le scénario, inspirée de la vie du réalisateur, Adam Elliot, qui entretient donc une relation épistolaire depuis qu’il a 17 ans avec un correspondant atteint du syndrome d’Asperger. Ce dernier a d’ailleurs vu le film.
Nous avons eu la chance de discuter avec lui lors de l’avant-première et il nous a expliqué qu’il n’avait cependant pas envie de le rencontrer, que cela pourrait changer leur amitié.

Il a aussi beaucoup insisté sur le fait que ce film n’avait vraiment rien à voir avec les superproductions de Pixar. Il lui a en effet fallu 5 ans pour réaliser Mary et Max. Et bien que les voix des personnages soient celles d’acteurs connus (Toni Colette, Philip Seymour Hoffman et Eric Bana), ces derniers ne sont pas mis en avant, on ne découvre leur nom qu’au générique de fin.

Enfin pour la poésie dont est empreint tout le film.
C’est un film avec des passages assez tristes, parfois durs même, mais aussi des passages très drôles.

16040001_0000235

Certains sont ressortis de la projection avec une impression de tristesse, personnellement j’en suis ressortie plutôt avec un sentiment d’optimisme par rapport à la vie… (que je ne saurais trop expliquer).
C’est l’histoire de 2 vies avec leurs hauts et leurs bas et c’est simplement une jolie histoire qui ne laisse pas indifférent qu’on apprécie ou pas le film.

Le site officiel

Tags from the story
, , , , ,

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *