Détails ou « big picture » ?

Il y a quelques temps je vous avais parlé de la formation avec les couleurs que j’avais faite au bureau.

Je vous avais dit que mes 2 dominantes étaient le vert (attentive au bien-être d’autrui, serviable, recherche la stabilité et l’harmonie) et bleu (analyse pour comprendre, aime l’exactitude, fiable et indépendant). Concrètement, je suis « coordinateur ».

C’est simple : cette formation a changé ma vie et ma manière de comprendre les réactions des gens. Je pense être aujourd’hui capable d’analyser le comportement des gens et de détecter leur couleur facilement.

Certaines couleurs sont en opposition et par défaut, les personnes de couleurs opposées vont devoir faire des efforts pour se comprendre.
En ce qui me concerne, dans la vie perso j’ai une amie qui est rouge, elle synthèse tout très vite et voit toujours la « big picture » au lieu du détail. Je ne compte plus le nombre de fois où, lorsqu’elle me raconte un truc, je la coupe très rapidement dans son récit pour avoir des détails sur le contexte, le pourquoi du comment, pour qu’ensuite je puisse mieux comprendre ce qu’elle me dit.
Elle sait que je suis bleue et ça la fait marrer alors elle me donne mes précieux détails en rigolant mais tout de même je me dis à chaque fois que c’est dingue d’être comme ça (je parle de moi là).
Heureusement, de manière générale, mes amis sont patients et me laissent raconter tous mes détails sans broncher ! :)

Mon besoin de détails et d’exactitude régit toute ma vie. Vous le voyez bien sur ce blog, je suis adepte des billets fleuves remplis de mille détails qui me semblent absolument tous indispensables.
C’est pareil quand je raconte un truc à l’oral, je donne toujours à mon interlocuteur un maximum de contexte et de pourquoi du comment même si au final je voulais juste dire pourquoi j’allais choisir les lasagnes et pas le poisson ^^

Dans le contexte pro, soyons honnête, c’est plus difficile à gérer. Quand on est bleue/verte comme moi et que l’on bosse avec des rouges (ce qui est donc mon cas), pfiouu… c’est pas toujours simple de se comprendre !!
D’autant plus quand on bosse dans une très grosse boîte où tout va très vite et où les décisions doivent également se prendre à la vitesse de l’éclair, il faut être « straight to the point » et « big picture ». (je fais exprès d’employer ces mots en anglais pour la blague car je passe mes journées à chasser le franglais qui vérole littéralement mon bureau :P)

Je galère donc toujours un peu beaucoup pour résumer 12000 idées/chiffres dans une seule slide de powerpoint (et avec un schéma svp) et devoir expliquer un truc rapidement à quelqu’un de rouge pour qu’il prenne vite une décision est toujours un exercice de haute voltige.

Je pense malgré tout que me forcer chaque jour à sortir de ma zone de confort (le détail donc) ne peut être que bénéfique. Mais fatigant.

Néanmoins, je pense avoir bien choisi ma voie car si je galère pour faire des reportings concis (touuuut est important !!! :P), je pense que mes sens du détail et de l’empathie sont des qualités essentielles pour un community manager.
C’est important de repérer les signes positifs ou négatifs qui émanent d’une communauté (détails), de même que savoir se mettre à la place d’une personne pour lui répondre (empathie).

Je ne dis pas ça pour m’envoyer des fleurs, loin de là, mais je vous assure que c’est vraiment un sport d’évoluer avec des gens qui fonctionnent différemment de soi et souvent je me dis que je me prendrais moins la tête si je prêtais moins d’attention aux détails et à ce que les gens pensent de moi. J’aimerais tellement parfois être plus rouge et avoir suffisamment confiance en moi pour prendre une décision sans la retourner 1000 fois dans mon cerveau pour être sûre que c’est la bonne.

Parfois on dit des gens qui se prennent trop la tête qu’ils vont finir par avoir un ulcère un truc de genre. Je pense sincèrement que je suis une bonne candidate à l’ulcère :/

Bref, on est comme on est et je choisis tout de même le parti de m’accepter et de faire de mes petits « handicaps » des atouts. D’ailleurs on me surnomme « œil de lynx » au bureau parce que je repère toujours les moindres détails et erreurs ^^

Il y a une formation qui se fait après celle des couleurs qui donne des clés pour savoir comment pousser les énergies qui sont le moins développées chez nous. J’aimerais beaucoup la faire pour booster mon côté rouge (souvent les managers sont rouges, ce n’est pas un hasard !) et faire un tout petit peu taire mon côté bleu…

22 Comments

  • Tu me fais rire :D

    Moi j’aime bien avoir le maximum de détails, du coup je lis toujours tes billets avec la même délectation.
    Bon, et puis on en a déjà parlé, mais moi aussi je suis verte et bleue. Et comme toi, même si je trouve que ce sont des « qualités » qui nous réussissent plutôt bien dans la vie (privée) j’aimerais être aussi un peu plus rouge dans un contexte pro pour toutes les raisons que tu décris dans ton article. Mais ça demande un vrai travail sur soi au quotidien.

    Je crois qu’il vaut réussir à se dégager un peu du regard des autres, arrêter d’anticiper leurs réactions, vouloir les ménager à tout prix, parce que finalement c’est nous qui sommes à la traîne tandis qu’eux (les rouges) avancent à grands pas et progressent ! (c’est pas très clair ce que je raconte mais je pense que tu as compris !)

    • J’adore quand les gens aiment mes détails, ça me fait tellement plaisir, c’est une vraie récompense de m’être « embêtée » à les donner <3
      (sachant que du coup ça ne m'embête pas, ça me rassure)

      Tu as tout à fait raison sur les gens qui avancent alors que nous on se prend la tête, je me suis déjà fait cette réflexion… (tu en prends d'autant plus très bien conscience en travaillant dans une grande entreprise où les gens évoluent assez vite).

    • Il faut la demander à ton service RH :)

      Nous c’était une formation en équipe sur l’efficacité relationnelle (car plus tu connais la couleur des gens avec lesquels tu travailles, plus tu t’adaptes et est plus efficace).

  • Ouais, alors, donc.

    Moi c’est super bizarre, parce que je crois que je suis plutôt rouge, mais pas tout le temps.
    Je m’en rends compte quand je dois, par exemple, présenter mon projet de diplôme : je ne prends pas vraiment la peine de rentrer dans le détail, et je me dis que je dois réussir à présenter mon idée en 2 phrases, pour qu’elle ait plus d’impact.
    Alors quand on m’a dit que pour la soutenance, on avait 1 heure de passage devant le jury, j’ai cru tomber dans les pommes : je suis bien INCAPABLE

  • (Merde fuck sa race j’ai cliqué sans faire exprès)(pardon)

    Alors donc, je suis bien incapable de détailler quelque chose à l’oral, parce que j’ai toujours l’impression de faire chier les gens.

    En revanche, dès qu’on passe sur de l’écrit, en témoigne mon blog, je suis capable de raconter des choses tout à fait inutiles sans penser une seule seconde que c’est en train d’emmerder les gens. Sans doute parce qu’à l’oral, on subit toujours un peu plus qu’à l’écrit (ça m’emmerde? je ferme la page, alors qu’à l’oral, j’ai toujours pas trouvé comment arrêter les gens qui m’énervent)(à part les taper, mais c’est pas très adulte comme comportement).

    Et je crois que je reserve les détails – et que j’aime les histoires avec des détails – uniquement dans le cadre intime (amis proches-famille point).

    Et euh tout ça pour dire je sais plus trop quelle était mon idée de base au départ en fait. Mais j’aimerai bien faire une formation comme ça aussi. (Y’a pas de rose, ça manque un peu à la roue)

    Mais je dois être un peu bleue aussi quand j’y pense.

    Bref j’en sais rien, mais j’aime énormément quand tu racontes plein de détails, parce que justement, on sent que (attention c’est con ce que je vais dire) tu te soucies de ton interlocuteur : va-t-il vraiment bien comprendre ce que je lui raconte, etc etc.

    (Et j’aimerai bien savoir si tu prefères les lasagnes ou le poisson?)

    • Merci pour ce long commentaire ;)

      C’est marrant ton truc de pas de détails à l’oral et des détails à l’écrit ^^
      En tous cas, le fait que tu aimes les détails et surtout que tu sois touchée par le fait que je « me soucie de mon interlocuteur » (c’est tellement vrai, je me dis toujours « est-ce qu’ils vont bien comprendre ? » ^^) c’est typiquement une énergie verte que tu utilises (aimer que les gens soient attentionnés) :)

      Après on a forcément toutes les énergies en nous mais on ne les mobilise pas de la même façon. Et en plus tu peux avoir des différences entre le pro et le perso.
      Par exemple, dans le perso je suis un (tout petit) peu moins bleue que dans le pro (où je ne veux pas me tromper alors je traque le moindre détail) et je suis mine de rien un tout petit peu plus rouge (j’arrive un peu plus facilement à décider si je veux regarder tel ou tel film versus choisir quelle créa est la mieux pour un emailing envoyé à 300 000 personnes au travail :D)

      (et donc j’aime bien le poisson mais je dirais que je préfère quand même les lasagnes ;))

  • C’est marrant lors d’une formation au boulot, et d’un test il en est ressorti que j’étais cartésienne et sur l’échange, me semble.que ça correspond bien à tes couleurs…. en tout cas je me reconnais très bien ! J’aimerais être plus impulsive dans mes analyses aussi :)

  • Article super intéressant, et j’aurais adorée cette formation ! Je comprends mieux pourquoi je suis obligée de passer par A + B pour aller à C ; et pourquoi quand je répète une scène, je refais les dialogues mot pour mot ! (J’étais là… elle a dit ça… il m’a dit ça… y avait ça … et j’ai répondu ça…! au lieu de dire « j’ai dis ça… » ). Ne pas transformer la vérité.
    Et surtout pourquoi j’ai toujours été « celle qui laisse parler » . Merci pour cet article !

  • J’aime beaucoup les formations où on apprend des choses sur soi.
    Pour ma part c’est le théâtre qui m’a beaucoup aidé à me connaître, et puis aussi la maternité (c’est d’un banal ce que je raconte là) (mais n’empêche que c’est vrai)
    En tout cas ton billet est très chouette, j’espère que tu vas faire la suite de la formation et venir nous raconter la suite dans TOUS les details !
    J’ai une idée sur mes couleurs ;-p

    Des bibis !

    • Merci !

      Je veux bien te croire pour la maternité ^^ (pour le reste aussi d’ailleurs hein ;))

      Promis si je la fais je viendrai vous raconter :D

      Des bibis aussi !

  • Coucou c’est moi la Rouge hihihihi. Je suis complètement d’accord avec ton billet et le commentaire d’Annouchka. Parfois moi aussi j’aimerai être un peu plus bleu et voir le petit S que j’ai oublié ou le saut de ligne raté ou le trait d’union (hein Oeil de lynx)… pourtant je vais passer 5 fois plus de temps à chercher un détail que je ne verrai jamais vraiment clairement.
    Je pense aujourd’hui qu’il faut au contraire pousser ses qualités et s’entourer de personnes de « couleurs différentes ». Je n’aurai jamais d’oeil de Lynx mais j’ai ma Clyne et c’est déjà beaucoup (oui comme dans la chanson sans le piano)
    Dans la vie perso, plus il y a de couleurs plus c’est beau et plus c’est enrichissant car on voit la vie de manière différente ^^

    • Je suis d’accord avec toi, c’est en alliant plusieurs couleurs que l’on avance mais toi tu as tout de même une sacrée ouverture d’esprit dont on peut être dénué quand on est trop d’une couleur.

      Ou du moins, s’ouvrir demande un véritable effort.
      Honnêtement je pense que c’est mon cas hein. J’ai beau me dire « ne te formalise pas, c’est un rouge », je ne peux m’empêcher parfois de me dire que c’est quand même dingue de trancher aussi rapidement…

      Mais par ailleurs, j’avoue que le côté positif parfois c’est lorsque tu es coincée le nez sur son problème et que le rouge tranche en te « sauvant » de toute cette prise de tête ^^

  • Je découvre ton blog et la théorie des couleurs en m^me temps grace à la Une de Hellocoton.
    Je trouve ça vraiment intéressant. Ça permettra notamment à la Rouge/Orange que je suis de mettre un peu d’eau dans mon vin d’arrêter de penser que mes collègues Verts/Bleus sont lents et dispersés. Non ils sont juste dans le détail, et différents.

    Si on ne prend pas conscience de ces différentes façons de fonctionner, on arrive vite à des clashs au travail, c’est vrai.

    Merci !

    • Merci beaucoup pour ton commentaire ! (la verte que je suis est très touchée de t’avoir appris des choses ;))

      Le moment de la prise de conscience pendant la formation est assez fort en effet. On comprend d’un coup tellement de choses sur ses collègues, tout devient beaucoup plus clair !

      Après il faut mettre ses connaissances en pratique et réussir à se mettre un peu plus dans la peau de l’autre pour communiquer efficacement. Dans les bons jours c’est facile mais dans les mauvais c’est toujours plus difficile de faire ces efforts.

      Mais en tous cas savoir tout cela permet de relativiser ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *